L’affaire du collier de la Reine

Il était une fois, dans un château somptueux, un roi Louis XV. Un jour en 1772, il décida d’offrir à Mme du Barry, sa favorite, un fabuleux cadeau : un collier.

Il s’empressa alors de passer commande à deux joailliers parisiens Bœhmer et Bassenge. Ils se mirent au travail en commençant par rechercher les diamants les plus précieux, puis ils fabriquèrent eux-même la monture.

Malheureusement, lorsque le collier est achevé, Louis XV est mort et Mme du Barry est très mal vue à la cour.

Alors, ils essayèrent de le vendre à Louis XVI, pour en faire un cadeau à Marie Antoinette. Celle-ci refuse (sans doute parce qu’il a été fabriqué pour la très controversée Mme du Barry).

Comment les joailliers vont-ils faire ? Le collier est excessivement cher : 1, 6 millions de livres- soit le prix d’un navire de guerre- et les acheteurs, très rares. Ils essayent tant bien que mal de le vendre à l’étranger, mais sans succès.

C’est à ce moment qu’interviennent la Comtesse de la Motte et son mari, ayant quelques problèmes financiers. Ils vont orchestrer l’escroquerie pour s’enrichir.

Voici comment la Comtesse a procédé: elle a d’abord contacté le cardinal de Rohan, secrètement amoureux de la Reine, en se faisant passer pour une amie intime de Marie Antoinette.

Suite à une série de faux-courriers, elle organise un faux rendez-vous dans le parc de Versailles avec le cardinal de Rohan et Nicole Leguay, sosie de Marie Antoinette la nuit du 11 août 1784. Après ce court rendez-vous, la Comtesse de la Motte (se faisant passer pour la Reine) lui demande d’acheter le collier, ce qu’il fait sans se douter un instant de l’escroquerie. Elle précise qu’elle le remboursera un peu plus tard.

Donc en janvier 1785, le cardinal achète le bijou et le transmet à la Comtesse de la Motte. Cette dernière, fière de son escroquerie s’éloigne de la cour pour revendre les diamants à l’étranger.

Ne recevant pas l’argent pour le remboursement, le cardinal de Rohan va à la rencontre de la Reine le 15 août 1785 à Versailles. Une fois l’affaire expliquée, Marie Antoinette est furieuse car cette affaire a entaché sa réputation !

En effet, le peuple ne cesse de clamer que la faute revient à « l’Autrichienne ».

Ce n’est que bien plus tard, le 30 mai 1786, que l’on retrouve la Comtesse de la Motte mais sans le collier. En effet, c’est M. de la Motte qui l’a gardé et continue de vendre les diamants…

Mais encore une fois, la reine n’a pas eu de chance car c’est elle qui pâtit le plus de cette affaire: son impopularité battit des records…

Et pour la Comtesse de la Motte, nous pouvons en conclure que bien mal acquis ne profite jamais…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s